Coloscopie virtuelle : quoi et comment?

Votre source d'expertise en radiologie

Nous entendons de plus en plus parler de la coloscopie virtuelle qui, tout comme la coloscopie optique, permet de dépister des lésions précancéreuses du colon.  La principale différence entre ces 2 types de coloscopie est que la virtuelle est effectuée sous tomodensitométrie (non-invasive) alors que l’optique s’effectue par l’intermédiaire d’une sonde appelée coloscope (invasive).

 

Reconnue comme une méthode de choix pour le dépistage du cancer colorectal, la coloscopie virtuelle est un examen rapide sans complication majeure, qui ne nécessite aucune sédation.

 

Elle exige toutefois une préparation soigneuse du côlon afin d’éliminer la présence de résidus fécaux que l’on pourrait éventuellement confondre avec des polypes. Le patient doit donc subir une diète spéciale quelques jours avant l’examen afin de bien nettoyer le côlon et éviter tous résidus de matières fécales.  La coloscopie virtuelle nécessite une distension du côlon et, dans ce but, du CO2 est insufflé dans le rectum au début de l’examen. Sans cette dilatation des anses coliques, de faux épaississements de la paroi intestinale peuvent apparaître et conduire à des diagnostics erronés de cancer; des polypes peuvent ne pas être visibles ou des plis du côlon (haustrations) peuvent être pris pour des polypes.

 

Mis à part cette préparation et cette distension du côlon, la coloscopie virtuelle n’est qu’un simple examen tomodensitométrique (souvent appelé scan).
Le changement possible de position du patient au cours de l’examen a pour but de mieux visualiser les surfaces inférieures et supérieures du côlon grâce aux déplacements de l’air, des liquides et solides à l’intérieur des anses intestinales. L’examen dure moins de 20 minutes. Une fois l’examen terminé, le radiologue interprète les images à l’aide d’un logiciel (2D et 3D) qui permet de naviguer à l’intérieur du côlon et ainsi faire le dépistage de polypes dont certains peuvent êtres cancéreux.  Les études ont montré que cet examen était beaucoup mieux supporté qu’une colonoscopie optique.

 

Un examen de dépistage est recommandé chez tous les hommes et les femmes de 50 ans et plus.  Le cancer du colon est la 2ème cause de mortalité par cancer chez l’homme et la 3ème chez la femme de 50 ans et plus.

 

COMPARONS RAPIDEMENT EN 4 POINTS:
  1. Une anesthésie/une sédation n’est pas nécessaire pour passer une coloscopie virtuelle et l’on peut vaquer à ses occupations quotidiennes après une coloscopie virtuelle.
  2. La coloscopie optique et la coloscopie virtuelle nécessitent des préparations du côlon qui sont identiques.
  3. Bien que rare, de multiples complications peuvent survenir après une coloscopie optique : perforation, hémorragie, infection, effets indésirables en relation avec l’anesthésie ou la sédation. D’une manière générale, le taux de complications est considérablement moins important avec une coloscopie virtuelle qu’avec une coloscopie optique.
  4. La découverte d’un cancer colique ou d’un polype d’une certaine taille au cours d’une coloscopie virtuelle nécessite une analyse histologique ou une polypectomie qui sera réalisée dans un deuxième temps lors d’une coloscopie optique.
Pour plus d’information au sujet de la préparation, visitez la section Documentation!
Pour prendre rendez-vous (rapide et flexible), contactez-nous!

 

QUELQUES VIDÉOS!

Coloscopie virtuelle

Coloscopie optique

Cancer du colon via une coloscopie optique

Sources:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coloscopie
http://www.info-radiologie.ch/coloscopie_virtuelle.php
  • Publié par

    Claudia Lefebvre

  • Publié le

    14 juillet 2015

    • #coloscopie

    • #depistage

    • #SavoirFaire

Gérer le consentement