La rhizotomie facettaire percutanée

Votre source d'expertise en radiologie

Cette procédure est aussi connue sous le terme radiofréquence, neurotomie, dénervation facettaire, thermolésion ou thermocoagulation.

Elle est réalisée lorsqu’un bloc de branche médiane a déterminé au préalable que la douleur chronique d’un patient est d’origine facettaire.  La technique consiste à inactiver par cautérisation la branche médiane qui innerve et transmet entre autres les signaux de la douleur provenant d’une facette (articulation entre les vertèbres de la colonne).  Habituellement plus d’un site est traité, selon ce qui est déterminé par le médecin traitant.

La procédure est réalisée lors d’un rendez-vous en clinique externe, sous anesthésie locale uniquement.

Une sédation légère n’est habituellement pas requise.  Après l’anesthésie locale, une aiguille sera placée au site où chemine la branche médiane.  Une stimulation électrique et le guidage par fluoroscopie permettra de déterminer la position adéquate de la sonde et la rhizotomie sera par la suite obtenue, après avoir procédé à une anesthésie locale plus profonde.  Bien que la phase de thermocoagulation soit indolore, le positionnement de l’aiguille peut provoquer une douleur tolérable.

COMPLICATIONS
Les complications rapportées dans la littérature ne sont pas fréquentes.  Elles sont généralement de courte durée. La réaction vasovagale secondaire à l’insertion de l’aiguille est une complication occasionnellement rencontrée, parfois prédictible par le patient lui-même.  Les risques d’hémorragie et d’infection sont peu habituelles, puisque le patient ne doit pas être anticoagulé au moment du traitement et vu l’application des précautions habituelles pour la stérilité. Les allergies aux médicaments devront être rapportées avant la procédure.

PRÉCAUTIONS
Les anticoagulants doivent être cessés avant la procédure par le médecin traitant.  La présence d’un cardiostimulateur (pacemaker) ou d’un neurostimulateur est une contre-indication à la procédure tout comme la grossesse, la présence d’une infection systémique ou locale et les désordres de la coagulation.  Les antécédents de chirurgie à la colonne devront être rapportés préalablement à la procédure.

  • Publié par

    Claudia Lefebvre

  • Publié le

    9 mai 2014

    • #rhizotomie

    • #SavoirFaire

Gérer le consentement